Magritte, la trahison des images

Figure majeure de l’art moderne, René Magritte est actuellement exposé au Centre Pompidou. Une exposition qui présente une centaine d’oeuvres de l’artiste belge et qui explore la passion de Magritte pour la philosophie et la réflexion.

img_2632

Parapluie, rideaux, ombres, flamme, objets, pomme, etc : des images simples, dans la réalisation, mais complexes dans l’interprétation. Voilà comment on pourrait décrire l’oeuvre de Magritte. Des formes et représentations de la vie quotidienne que René Magritte utilise pour signifier des épisodes de la Bible, des récits de la Grèce Antique ou encore la fameuse allégorie de la caverne de Platon.

Dans une succession de cinq salles, l’exposition explore différentes étapes et thèmes de l’oeuvre de l’artiste belge. La salle 1 s’intéresse au portrait de Magritte en philosophe, son évolution de « la beauté hasardeuse aux problèmes », c’est à dire à une réflexion profonde, à la limite du mathématique, de chacun de ses tableaux. L’exposition se poursuit, en salle 2, avec l’exploration des mots et des images, où l’artiste met en confrontation les deux entités. Les mots sont-ils en adéquation avec l’image qu’ils représentent? La salle 3 est consacrée à l’invention de la peinture, qui renvoie à l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien, et qui interroge la capacité de l’art à restituer le réel. En salle 4, on retrouve la fameuse allégorie de la caverne, interrogée et détournée sous le pinceau de Magritte, et la rétrospective se ferme sur les trompes l’œil et rideaux, emblématiques de l’artiste.

Une exposition aussi surprenante que fascinante. On redécouvre l’artiste et surtout on parvient à saisir des bribes de son incroyable univers. Un univers très réfléchi, plein de significations et de recherches philosophiques, qui se dissimule sous des visuels simples et qui parlent à tout le monde.

Seul point légèrement plus noir à souligner pour ma part: l’affluence. Je suis allée voir cette exposition en semaine, entre 12 et 14 heures et il y avait beaucoup de monde – l’exposition attire bien évidemment un grand nombre d’amateurs d’art mais pas seulement. Du coup, c’est un peu plus compliqué de se frayer un chemin jusqu’aux œuvres, mais ça vaut le coup de jouer un peu des coudes!

img_2663

L’expo est à voir tous les jours, sauf le mardi, depuis 21 septembre et jusqu’au 23 janvier 2017 à la Galerie 2 du Centre Pompidou, Paris. 

img_2583-bis

Images : Myself

Twitter : @StandByMelBlog || @MelaniePradalie
Instagram: 
@MelaPradalie
Pinterest: 
@MelPradalie

© Mélanie Pradalié

Publicités

15 réflexions sur “Magritte, la trahison des images

    1. Oui je pense que c’est le meilleur moment pour y aller parce qu’après, l’exposition est bondée! Je suis ravie d’avoir votre avis sur cette expo, que j’ai également adoré! Merci pour ce commentaire, bises

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s